Other

L'écart salarial entre les hommes et les femmes dans les services publics

Mardi, Mai 13, 2014
Blog Category: 
Français

Ecart salarial entre les femmes et les hommes : encore beaucoup à accomplir, mais des progrès peuvent être fait, selon l’enquête de la FSESP

Une enquête approfondie des affiliés de la FSESP sur les écarts de rémunération entre les sexes dans les services publics permet de donner  un sens à une vision souvent confuse.

Lutter pour l’égalité des salaires a longtemps été une priorité pour la FSESP et c’est une question particulièrement pertinente pour les services publics dans de nombreux pays d’Europe en raison du fort pourcentage de femmes employées dans ce secteur.

Trente-six syndicats de dix-neuf pays ont répondu à l’enquête. Le manque de collecte de données  cohérentes et généralisées par les autorités et les employeurs dans beaucoup de pays est le problème principal, mis en avant dans ces réponses. Il y a également l’inquiétude largement répandue des effets du travail à temps partiel involontaire, de la sous-traitance et de l’imposition du travail flexible sur les écarts de salaires, ainsi que la discrimination en raison du congé parental et de l’offre de formation. Le travail traditionnellement considéré comme « féminin », comme le nettoyage, la restauration et les soins de santé, est toujours moins valorisé, et par conséquent, moins bien payé, que le travail qui est traditionnellement dominé par les hommes.

Un cas de ce type de barrières structurelles est celle de la filiale britannique UNISON qui, en 2013, a gagné dans un jugement de la Cour Suprême contre une autorité locale écossaise, Dumfries and Galloway Conseils, à la suite d’une bataille de 7 ans. Le syndicat a obtenu dans cette réclamation que les femmes qui travaillent comme assistantes dans les classes pourraient comparer leurs salaires avec les hommes travaillant comme jardiniers, éboueurs, conducteurs et animateurs de loisirs. Les hommes ont reçus des primes ; les femmes non. Le jugement a non seulement garantie l’égalité de traitement pour les 251 femmes dans les écoles de l’autorité locale, mais l’a également fait bénéficier à  près de 2000 femmes dans des écoles d’Ecosse. 

C’est loin d’être le seul succès de l’action syndicale pour l’obtention de résultat en matière d’égalité salariale. Dans beaucoup de pays, la négociation collective est un outil essentiel pour s’assurer que les employeurs prennent des mesures pour réduire les écarts de rémunération.

Une stratégie commune à plusieurs syndicats a été de négocier des augmentations de salaires plus élevées pour les salaires les plus bas, qui sont disproportionnellement des femmes. En 2008, l’affilié allemand Ver.di a eu l’occasion de négocier un accord qui couvre 1.3 million d’employés au sein du gouvernement local et national, et qui comprenait une augmentation de salaire forfaitaire de 50€. L’accord salarial le plus récent comprend également une augmentation de 90 euros minimum, ce qui va, dans une certain mesure, vers  une réduction de l’écart de salaire.  

Les syndicats norvégiens Delta et YS soulignent aussi l’importance des augmentations plus élevées pour les catégories inférieures de l’administration centrale. D’autres syndicats, comme AOA au Danemark et GMB au Royaume-Unis explique que la suppression des catégories de salaires les plus bas, ont produit des gains concrets qui ont amélioré les salaires des femmes dans le secteur public.

Le rapport examine l’impact de la réduction des dépenses publiques sur l’écart de rémunération entre les sexes.  Il est clair que l’austérité a gravement endommagé le salaire et l’emploi des femmes dans de nombreux endroits – en Grèce, 28 600 femmes des services publics ont perdu leurs emplois entre juillet 2010 et février 2013 et d’autres licenciements ont été opérés depuis. Leurs salaires a quant à lui diminué d'environ 40 %.

Bien que dans certains pays, le gel des salaires a frappé plus fort les travailleurs les mieux payés, ce qui peut avoir entrainé une réduction temporaire dans l’écart des salaires, cette tendance peut être renversée  avec des coupes dans les programmes d’égalité des chances visant à améliorer l’accès des femmes à des emplois mieux payés. 

Les chiffres les plus récents cités dans le rapport semblent montrer que pour l’UE dans son ensemble, le processus de réduction des écarts de salaires entre les femmes et les hommes a au moins stagné sans changement entre 2010 et 2011.

Sur les 27 pays, dans 10, l’écart des salaires entre les femmes et les hommes a augmenté, et dans 5, il n’y a pas eu de changement.

S’il y a une conclusion claire qui doit être tirée, c’est que dans cette période de coupes dans les services publics et d’austérité, la lutte pour combler les écarts de salaires entre les sexes est plus pertinente que jamais et est à l’ordre du jour des syndicats des services public partout en Europe.

Le rapport complet à propos de l'écart salarial entre les homme et les femme est disponible ici, en français, anglais, espagnol et allemand.